Transféré à titre de chargé de mission à la Cour d’Appel de Port-au-Prince, Péguy Jean démissionne.

0 262

Environ 24 heures après avoir été transféré à titre de chargé de mission à la Cour d’Appel de Port-au-Prince, alors qu’il occupait le poste de coordonnateur de l’unité de communication depuis près de 9 ans au ministère de la Justice, Péguy Jean, a remis sa démission au ministre de la justice Rockefeller Vincent, le mercredi 20 janvier 2021.

Péguy Jean assimile son transfert à un acte de représailles lié à des propos de l’ancien conseiller de Jovenel Moïse, Reynold Georges, selon lesquels  » il a été contacté par le congrès américain pour produire son opinion sur le dossier qui fait la Une depuis quelques temps, à savoir la date effective de la fin du mandat du Président Jovenel Moïse  » qu’il auraient relatés à travers un tweet le lundi 18 janvier 2021.

Pour lui, le comportement du ministre Vincent constitue une atteinte grave à la liberté d’expression dont jouit tout être humain, notamment ceux ayant fait choix de la démocratie comme régime politique, se référant à l’article 28 de la constitution qui stipule que  » tout haïtien à le droit d’exprimer librement ses opinions, en toute matière, par la voie qu’il choisit. » Garantie également par la déclaration universelle des droits de l’homme.

Le fait par moi de rendre public sa déclaration à travers un tweet, en quoi cela constitue une violation de la constitution et des règles régissant l’administration publique ?

se demande l’homme de lois.
  • Transféré à titre de chargé de mission à la Cour d'Appel de Port-au-Prince, Péguy Jean démissionne.
  • Transféré à titre de chargé de mission à la Cour d'Appel de Port-au-Prince, Péguy Jean démissionne.

Cette démission est en fait motivée par mon attachement à la liberté d’expression, aux valeurs démocratiques et au respect que je dois toujours éprouver à l’égard de ma double profession de journaliste et avocat, deux nobles professions ayant comme socle la démocratie, la tolérance, la liberté d’expression et les droits humains, a martelé Péguy Jean.

Craignant pour sa sécurité, Péguy Jean demande aux autorités en place de prendre des dispositions pour garantir sa sécurité et celle de sa famille, arguant qu’il est l’objet de menaces de mort depuis lundi, peu après la publication de son tweet.

Francky Belfort

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More