Vente aux enchères de la clef de la cellule où était incarcéré Nelson Mandela

0 15

«C’est cette clef qui a injustement retenu M. Mandela captif, et c’est elle qui a finalement conduit à sa liberté et à son ascension au poste de Président», explique la maison de vente britannique sur son site Internet. Pour le ministre Nathi Mthethwa, qui a appris la nouvelle dans la presse britannique, cela en est trop : «La clé doit être rendue à ses propriétaires légitimes avec effet immédiat et cette vente doit être interrompue », rapportent les médias français dont le Figaro.

C’est insupportable que Guernsey’s, qui est clairement conscient de l’histoire douloureuse de notre pays et du symbolisme de la clé, envisage de la vendre aux enchères sans aucune consultation du gouvernement sud-africain, des autorités chargées du patrimoine en Afrique du Sud et du musée de Robben Island», rajoute-t-il dans un communiqué publié la veille de Noël.

Mais la vente aux enchères ne se cantonne pas à cette seule clé. De nombreuses autres affaires seront également mises en vente. Parmi ces objets : une paire de lunettes et des stylos de cérémonie remis par George W. Bush et les Nations-Unies à Nelson Mandela, un impressionnant moulage de son point en bronze et l’historique peinture du phare, peinte par le prix Nobel depuis la chambre qu’il occupait dans la prison de Robben Island, au large du Cap.

Fait surprenant, selon le même communiqué, l’ancien geôlier et ami de Nelson Mandela, Christo Brand, aurait fourni à la maison d’enchères britannique des affaires que l’ancien prix Nobel aurait acquises lors de son long séjour en milieu carcéral. Par exemple, un vélo d’exercice et une raquette de tennis, ou bien encore plus précieux : un exemplaire de la Constitution sud-africaine signée par Nelson Mandela.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More