Violences à Cité Soleil : Plus de 1000 personnes contraintes de fuir leurs domiciles, selon OIM

Gang en Haïti

Les affrontements entre les individus armés de groupes rivaux pour le contrôle de territoires dans la commune de Cité Soleil, suite au décès du chef de gang de Belekou, Isca Andrice, a contraint plusieurs résidents à fuir la zone. D’après l’OIM, plus de 1000 personnes sont obligées d’abandonner leurs domiciles.

Depuis le début de cette semaine, des quartiers du plus grand bidonville du pays dont Belekou Terre-Noire, Duvivier, Bas Fontaine et Sarthe sont en ébullition. Des tirs nourris sont entendus à la longue comme pour témoigner l’ampleur du chaos qui règne actuellement entre les gangs de la coalition du G-9 et ceux du G-Pèp. Alors que les affrontements sont toujours en cours et paralysent toutes les activités quotidiennes dans cette commune du département de l’Ouest, plusieurs résidents ont déjà abandonné les lieux pour aller se réfugier ailleurs.

En effet, selon l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), plusieurs ménages ont déjà quitté la commune à cause des violences perpétrées par les gangs armés suite au décès du chef de gang. Ces derniers constitués d’un millier de personnes se sont déjà installés chez des familles d’accueil ou d’autres endroits.

“Après le décès d’un chef de gang dans la commune de Soleil, des attaques armées y sont survenues, conduisant aux déplacements d’environ 248 ménages constitués de plus de 1 000 personnes.” a écrit dans son bulletin l’organisme qui prend en charge le déplacement des personnes.

“Ces attaques sont toujours en cours au moment de l’élaboration de ce rapport et d’autres déplacements de populations peuvent survenir, auquel cas, la DTM publiera des rapports de mise à jour. La quasi-totalité de personnes déplacées se sont dirigées vers des familles d’accueil, notamment vers la commune de Delmas.” a-t-elle poursuivi.

Si quelques mois déjà, les gangs armés des deux plus grandes coalitions du pays s’étaient entendus à faire la paix, à travers une initiative d’une entité de l’église catholique, celle-ci ne tient plus car depuis quelques semaines après les individus lourdement armés ne font que terrorisé davantage la population haïtienne dans divers endroits de la région métropolitaine et d’autres villes de province.

Alors que la situation se dégénère dans la commune de Cité Soleil, celle-ci semble totalement abandonnée par les autorités concernées. Dans une situation où la liste des territoires livrés aux gangs armés ne cesse d’agrandir, l’État étant aux abonnés absents, ne peut-on pas admettre que le plus grand bidonville sur le sol haïtien ne fait plus partie du pays pour celui-ci ?

LIRE AUSSI

PressLakay