Violences en Haïti : l’OCNH et le CPD proposent des solutions

Violences en Haïti : l'OCNH et le CPD proposent des solutions

L’Organisation des Citoyens pour une Nouvelle Haïti (OCNH) et le Comité pour la Paix et le Développement (CPD) ont présenté, mardi 11 avril 2023, les actes du forum réalisé le 14 décembre dernier sur le rôle des organisations des droits humains en temps de crise sécuritaire et politique.

Violences en Haïti : l'OCNH et le CPD proposent des solutions

À l’hôtel Montana, hier mardi, diverses organisations engagées dans la défense et la promotion des droits humains, des membres du gouvernement et des représentants des organisations internationales de droits humains s’étaient réunies pour rendre public les actes des échanges qui portent sur la contribution que le secteur des droits humains en Haïti peut apporter à la résolution de la crise sécuritaire et politique que fait face le pays.

Dans son discours de circonstance, le secrétaire exécutif de l’OCNH, Me Camille OCCIUS a insisté sur l’implication du secteur des droits de l’homme dans le pays tout en détaillant les résultats du dernier rapport que son organisme avait publié durant le mois de mars 2023.

“195 cas d’homicides dont 10 femmes, 10 enfants parmi lesquelles 6 filles et un nourrisson et 3 agents de la PNH, ont été répertoriés durant le mois de mars 2023. Durant ce mois, au moins une dizaine de personnes ont été tuées puis brulées sur la Route de Frères. Plusieurs dizaines ont trouvé la mort lors des affrontements entre gangs dans plusieurs quartiers de la capitale haïtienne. Des femmes ont été violées, des milliers de personnes ont été contraintes de se déplacer.” a-t-il précisé.

Pour que les organisations qui interviennent dans le pays dans la défense des droits de l’homme puissent effectivement s’impliquer davantage, Me Camille OCCIUS cite l’ensemble des propositions sur lesquelles ces dernières ont conclues.

De dénoncer les actes de violence sexuelle; Sensibiliser la population sur les effets néfastes de la violence sexuelle ; Mettre à la disposition des victimes de violences sexuelles un accompagnement psychologique et une assistance juridique ; Impliquer d’avantage la presse dans la vulgarisation des droits humains ; Former et informer le grand public et Créer une synergie entre les organisations du secteur pour dénoncer les violations des droits humains.

Le titulaire de l’OCNH cite encore la réalisation des séances de formation sur les droits humains dans des écoles ; l’amplification des plaidoyers auprès de l’Etat haïtien ; le renforcement des institutions étatiques particulièrement l’appareil judiciaire ; la mise en place un comité de suivi tripartite (acteurs étatiques, acteurs judiciaires, défenseurs des droits humains) sur l’accès à la justice pour les victimes de violences sexuelles ; la formation du personnel étatique dont le personnel judiciaire sur les droits humains.

Intervenant au nom des organisations qui ont réalisé l’acte, Me Camille OCCIUS a aussi rapporté d’autres propositions comme l’accompagnement des personnes vulnérables ainsi que les groupes à besoins particuliers ; garantir à tous la jouissance du droit à la sécurité ; et enfin, le respect de ses engagements et obligations en matière de droits humains.

Parmi les personnalités présentes lors de cette rencontre de l’OCNH et du Comité pour la paix et le développement (CPD), à l’hôtel Montana, notons la ministre à la condition féminine et aux droits des femmes, Dr Sofia LOREUS.

LIRE AUSSI

PressLakay